Aide juridique gratuite

avocat-kiman.fr

Une reforme inopportune ou simplement maladroite ?

On avait constaté récemment les vives contestations des travailleurs concernant les trois lois en matière de travail qui visait une réforme. Certains pensent qu'en fin de compte ces trois lois votées ne font que compliquer davantage un code déjà parsemé de termes et d'articles qui mènent à des confusions. De telle sorte que, même en agissant de bonne foi, un salarié ou un employeur peut quand même engager leurs responsabilités. La meilleure solution reste toujours la consultation d'un cabinet d'avocat pour les décisions à prendre. Mais plus souvent la confrontation en justice devient inévitable et l'on ne peut que rechercher des spécialistes en droit du travail tel que chez avocat-kiman.fr.

 

Un nouveau motif pour le congédiement

Désormais la nouvelle loi concernant le licenciement pour motif économique entre en vigueur. S'il y a pourtant un article contesté dans le nouveau Code du travail donc, c'est bien celle concernant ce licenciement. En effet avec cette nouvelle disposition, la situation du salarié au sein de l'entreprise devient précaire. Désormais, la loi confère aux employeurs plus de marge pour licencier un seul ou plusieurs employés juste pour simple motif de baisse de vente de leurs produits. Le même principe s'applique en cas de diminution des commandes reçues. On est donc sur d'une chose, le droit du travail perd un peu de son statut de droit protecteur du salarié. En effet, il protège plus de nos jours les entreprises. Choix assez curieux de la part des gouvernants qui semblent accorder plus d'importance à un des acteurs clefs de l'économie, les entreprises, au détriment d'un autre tout aussi important, le salarié.

 

L'intervention des avocats plus que jamais nécessaire

Toutefois, au vu des effets assez graves que cela entraîne, c'est à dire, chômage pour le salarié, ce nouveau motif de licenciement est soumis à des conditions strictes. Tout dépend donc de la durée de cette récession au sein de l'entreprise et la taille humaine de cette dernière. Quoi qu'il en soit, cette nouvelle situation juridique devient une sorte de défis pour l'Avocat. En effet, comme pour chaque principe introduit dans le droit positif, cela produit des réactions auprès des juristes. L'Avocat, tout particulièrement, recherche les satisfactions de leurs clients. Ils doivent interpréter les nouvelles dispositions de manière à dissuader l'autre partie ou bien à convaincre le Juge. En tout cas, au vu de cette contestation, on peut présumer, dans quelque temps, un engorgement du conseil de prud'hommes. Toutefois, les cabinets modernes privilégient les règlements à l'amiable. Tout dépendra donc du talent du conseiller juridique et des intérêts qu'il devra défendre.