Aide juridique gratuite

avocat spécialiste de la LCR

Une législation plus stricte envers les jeunes conducteurs

En Suisse, les jeunes conducteurs sont soumis à des règles beaucoup plus contraignantes que celles imposées aux autres automobilistes. Si l’obtention du permis de conduire constitue déjà un véritable parcours de combattant, les règles à respecter une fois sur les routes sont de plus en plus sévères. Celles-ci sont définies par la Via Sicura, une modification de la loi qui était en vigueur depuis le 1er janvier 2014. Voici quelques informations qui devraient vous éclairer sur la situation des jeunes conducteurs suisses.

Focus sur l’obtention du permis de conduire

Pour commencer, le succès à l’épreuve théorique vous permet de décrocher le permis d’élève conducteur, valable pour une durée de 4 mois. Le titulaire d’un tel document peut conduire un véhicule automobile à condition qu’il soit accompagné par une personne âgée de 23 ans et qui dispose d’un permis de conduire daté de 3 ans au minimum.

Bien entendu, son aptitude psychique et physique à conduire un véhicule fera l’objet d’une vérification. Après une réussite à l’examen de conduite, vous vous retrouverez avec un permis de conduire à l’essai d’une durée de validité de 3 ans. Si vous commettez une infraction durant cette période probatoire, vous risquez un retrait provisoire de votre permis. En outre, la durée de l’essai sera prolongée d’un an.

En cas de seconde infraction commise, le retrait définitif est assuré. De plus, il faut attendre un an avant de pouvoir demander à nouveau un permis d’élève conducteur. En revanche, si la période probatoire s’est déroulée sans aucun incident, vous pourrez décrocher votre permis définitif. Mais avant cela, il est nécessaire de suivre une formation complémentaire qui dure 16 heures. Ce nouveau stage se clôturera par la délivrance de l’attestation que le jeune conducteur devra présenter au bureau des automobiles.

Les nouvelles mesures de Via Sicura

En raison de la complexité de la legislation en la matière, il ne faut pas hésiter à faire appel à un avocat spécialiste de la LCR. Être jeune conducteur en Suisse est loin d’être agréable, car vous serez soumis à rude épreuve en permanence. Depuis le 1er janvier 2014 par exemple, les titulaires d’un permis d’élève conducteur et leurs accompagnants n’ont absolument pas le droit de conduire après avoir bu de l’alcool. Au contrôle, ils doivent afficher un taux d’alcoolémie inférieur à 0, 10 pour mille.

La violation de cette règle est qualifiée d’infraction légère. La même règle s’applique aux titulaires d’un permis de conduire à l’essai. Les autorités administratives ont bel et bien le droit d’ordonner une enquête sur l’aptitude à la conduite en cas de comportements douteux détectés. Il faut mentionner que les contrôles sont uniformisés depuis le 1er janvier 2016. Hormis ces mesures spécifiques créées à leur égard, les jeunes conducteurs doivent aussi respecter toutes les règles concernant la circulation routière en vigueur dans le pays.

On peut citer entre autres l’obligation d’allumer les phares en permanence, et ce, même en cas de conduite diurne. En cas d’excès de vitesse considéré comme un délit de chauffard, les jeunes conducteurs risquent également les mêmes sanctions que les titulaires d’un permis définitif à savoir une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 4 ans et un retrait de permis de deux ans (voir ici). Notons que d’autres mesures de sécurité contenues dans Via Sicura seront mises en œuvre seulement à compter du premier janvier 2019.